Archive for avril 2016

Une semaine à la campagne

29 avril 2016

1876385-gf

Sept jours en mai, collectif (Spectra musique)

D’emblée, le mélomane sourit tellement ce nouveau projet est excitant et prometteur. Pour «Sept jours en mai», dont le disque vient juste de paraître, on a réuni sept artistes afin de créer et d’enregistrer un album de nouvelles chansons en une semaine. On y retrouve Michel Rivard, Mara Tremblay, Luc de Larochellière, Éric Goulet, Gilles Bélanger ainsi que le duo Ariane Ouellet et Carl Prévost des Mountain Daisies.

À notre ère moderne, les chanteurs peuvent désormais rester tranquillement chez eux et bidouiller seuls un album de bonne qualité sonore et technique. La technologie a démocratisé l’art de l’enregistrement. Il n’est plus nécessaire d’avoir de gros moyens financiers et le soutien d’une maison de disques. On a ainsi vu une génération d’artistes habitués à tout faire eux-mêmes, en oubliant que la création peut être un joyeux bordel collectif, que l’échange peut être fécond, pousser l’individu plus loin ou simplement ailleurs. Les riches heures de la musique des années 60 et 70 étaient souvent des aventures à plusieurs.

Le producteur québécois Spectra a peut-être senti qu’il était temps d’insuffler un peu de collectif dans notre époque individualiste. Au cours des dernières années, on lui doit les trois volumes des «Douze hommes rapaillés» pour saluer Gaston Miron, un hommage à Jacques Brel qui faisait appel tant à Diane Tell qu’à Paul Piché, sans oublier le réjouissant «Légende d’un peuple – le collectif» autour des chansons historiques d’Alexandre Belliard ou «Fioritudes» autour de Serge Fiori.

Avec «Sept jours en mai», on se rend à la campagne, dans un chalet/studio d’enregistrement de Valcourt. On laisse le hasard s’amuser. Les chanteurs sont invités le matin à piger le nom de leur partenaire de création ainsi qu’un thème ou quelques mots. Chacune des trois équipes ainsi formées disposent de trois heures pour écrire une chanson ensemble. Après le dîner, on remet ça, avec de nouveaux camarades. Trois heures, un morceau. Après trois jours et demi, on a un baluchon de 21 nouvelles chansons, dont 14 se retrouvent aujourd’hui sur le cd. Car pour le reste de la semaine campagnarde de mai 2015, on les enregistre tous ensemble, on fait des chœurs ou on joue sur les œuvres des consoeurs et confrères.

L’environnement sonore est essentiellement acoustique, avec une touche de pop, un peu de folk, un soupçon de country. Il faut souligner la réalisation d’Éric Goulet qui donne à l’ensemble quelque chose de cohérent, une énergie festive qui rappelle parfois Beau Dommage. On doit d’ailleurs à Michel Rivard deux des plus belles réussites de l’opus (Les feuilles mortes ne volent qu’une fois, écrite avec Goulet et Les amoureux de l’urgence avec Mara Tremblay).

La bande parcourra bientôt les routes du Québec pour nous faire entendre ce répertoire encore frais, revitalisant l’esprit communautaire.

Francis Hébert

(pour le mensuel L’entacte; mai 2016)

Court documentaire vidéo pour voir les décors du projet dans ce lien

Le chien et le guitariste jazz

13 avril 2016

moran2016

En 2012, le troisième album («Sans abri») de l’auteur-compositeur-interprète québécois Moran décevait, et on se rêvait en directeur artistique pour lui indiquer quelques  conseils. Dans ce billet du 14 novembre, on écrivait ceci: «Je dirais enfin à Moran qu’il a beaucoup de talent, et que s’il avait laissé Sans abri à l’état de maquettes, il n’en aurait été que meilleur. Suggestion pour la prochaine fois: demande à ton guitariste Thomas Carbou de sortir ses guitares sèches, mettez-vous face à face, juste tous les deux, devant des micros. Enregistrez, mixez, servez chaud.»

«Le silence des chiens», son quatrième opus, vient d’arriver. En exergue, une citation de Léo Ferré nous rappelle que Moran a déjà consacré un spectacle hommage à son aîné. Et on ne peut que sourire quand on voit que ce disque a été enregistré quasiment seul en tête-à-tête avec le guitariste jazz Thomas Carbou, un interprète occasionnel de Serge Gainsbourg.

Dans ces nouvelles chansons, le ton est confidentiel, littéraire, amoureux, brûlant de désir. Mais pas qu’acoustique. Moran et Carbou se partagent la réalisation, les guitares acoustiques et électriques, et entremêlent discrètement leur voix. Quelques touches de claviers et de programmations s’insèrent subtilement dans l’ensemble, sans en dénaturer le parti pris dépouillé. Les deux amis ont fait la gageure de l’épure, et signent une oeuvre exigeante, belle, ensorcelante, à apprivoiser doucement.

—–

Moran, Le silence des chiens (Ad Litteram)
Court extrait disponible ici

 

 

Guy Béart, les très vieilles chansons de France

11 avril 2016

guy-beart-baptiste-vignol

Voilà une biographie admirable, qui va directement à l’essentiel: expliquer qui était Guy Béart pour mieux comprendre son oeuvre. Ça paraît simple, mais ça ne l’est pas. L’auteur, Baptiste Vignol, est un véritable amoureux de la chanson, doué d’une plume fine et parfois assassine. Il avait depuis longtemps le projet de ce livre, il avait réalisé un long entretien avec le chanteur (reproduit en annexe). Il y travaillait bien avant que Béart nous quitte en septembre 2015.

En 250 pages, d’une écriture passionnelle, Vignol raconte les chansons de Béart, ses émissions télé (dont la fameuse Bienvenue à, qu’on voudrait voir reprise en dvd ou rediffusée afin de pouvoir enfin la voir!), son extravagance parfois agaçante, ses coups de gueule, son obsession des femmes. Le biographe a interrogé des proches du chanteur ainsi que des gens des médias. Ce souci du détail est presque toujours au service du but premier: mieux saisir la richesse de l’oeuvre béartienne. Et donner le goût de se replonger dans ces très vieilles chansons de France qui posaient sur la société un regard acéré, moqueur, tendre ou désespéré. Mission accomplie. Et mention spéciale à la splendide photo de couverture, signée Alain Sadoc. On trouve également une discographie détaillée,  ainsi qu’une liste des principaux passages télévisés de l’auteur-compositeur-interprète.

Maintenant, il reste à faire un gros boulot de réédition des disques de Guy Béart. Non plus de simples compilations, mais une intégrale cd. Ça s’impose.


%d blogueurs aiment cette page :