Archive for juin 2018

À l’ancienne

19 juin 2018

Graeme-Allwright-par-lui-meme

Ça fait quelques années que ce livre était dans l’air. À l’origine, il devait paraître en janvier… 2017. Ça laisse le temps de rêver à ce que pourrait être un bouquin sur Graeme Allwright écrit par la plume sérieuse et érudite de Jacques Vassal, un pilier de Rock & Folk des années 60-70 à qui l’on doit des ouvrages sur Brassens, Brel, Ferré, Leonard Cohen, Jacques Higelin, etc.

Voici que l’on reçoit enfin «Graeme Allwright par lui-même», un titre qui porte à confusion car il ne s’agit pas d’une autobiographie mais bien d’une biographie signée Vassal. On raconte la vie du chanteur, ses débuts dans le théâtre, les mille et un petits métiers exercés, les nombreux voyages, sa philosophie, sa spiritualité, ses engagements… Bref, on fait le tour du personnage Allwright. Vassal a recueilli les confidences des enfants de l’artiste, de ses amis, de ses musiciens, de sa première femme et de Graeme aussi, qu’il connaît depuis les années 60.

Ça donne des pages chaleureuses, honnêtes, sensibles. Un portrait plutôt complet de l’homme. Le hic? C’est qu’il s’agit d’un chanteur, et que cet aspect est traité de manière très accessoire. Lorsque des oeuvres sont citées, c’est comme prétexte à parler d’autres choses: ses idées, ses convictions, son comportement. On reste dans l’anecdote.

C’est une biographie à l’ancienne, pourrait-on dire. Dans les dernières années, les livres qui paraissent sur les chanteurs nous ont habitués à autre chose. Ceux-ci mettent l’oeuvre au centre de tout. On entre en studio avec eux, on discute des arrangements, du choix des chansons. Vassal ne fait qu’effleurer la discographie de Allwright alors que ça aurait dû être le coeur de son propos.

Les meilleurs disques de Allwright, non seulement n’ont jamais été réédités en cd, mais ils sont à peine cités par Vassal! On aurait voulu qu’il développe là-dessus, on aurait voulu en savoir plus sur «De passage» (1975), «Questions» (1978) et «Condamnés?» (1979).

Mais Vassal est de l’ancienne école du journalisme, celle où il était primordial que l’homme soit à la hauteur de l’artiste, qu’il soit «sincère». Son livre découpé en chapitres thématiques est une bonne introduction au chanteur. On prend plaisir à le lire, mais on en voudrait davantage.

Au Cherche-Midi éditeur, 298 pages, avec discographie et index mais sans photo.

Publicités

Traversées (5)

11 juin 2018

000318

Commençons par deux rééditions importantes et soignées. Belles, fidèles, elles reproduisent à la fois les chansons dans l’ordre originel du microsillon et les images de la pochette.

D’abord, le Belge Jofroi nous offre «La Marie-Tzigane n’est pas un bateau», paru en 1981 mais qui conserve néanmoins le son riche et acoustique des années 70. Il s’agit d’un de ses meilleurs albums. On peut y réentendre L’ours; Matins d’octobre; L’Indien… Une pièce majeure dans la mosaïque d’une certaine chanson française poétique et artisanale. D’ici la fin de l’année, Jofroi prévoit rééditer «L’odeur de la terre» (son sommet de 1978) et publier un nouvel opus original.

010613

Et puis, il y a Areski. «Un beau matin», son premier 33-tours sorti chez Saravah en 1971 avait été furtivement repris en cd en 2008… au Japon. Pour être franc, on ne l’avait même pas vu passer, comme c’est le cas avec la plupart des importations nippones. Il était grandement temps qu’il reparaisse pour la francophonie. On doit cette réédition à l’étiquette Le Souffle continu, qui tient boutique à Paris. Elle avait déjà réédité certains disques de Saravah (Barney Wilen, Mahjun, Cohelmec Ensemble), mais hélas uniquement en vinyle. Pour Areski, elle a décidé d’offrir, en plus, une version CD.

C’est tout bénéfice et espérons que les prochaines sorties seront également disponibles dans les deux formats. Les lecteurs de ce blogue le savent, le format CD comprend de nombreux avantages: moins cher, plus maniable, plus exportable, moins encombrant, il s’use moins vite, il ne gratte pas et… on peut sauter des chansons. Toujours pratique.

Cet Areski cuvée 1971 est extrêmement original, mêlant chanson française et musiques du monde, quelques mots de Pierre Barouh ou Brigitte Fontaine, les percussions et la voix envoûtantes du musicien d’origine kabyle, le violoncelle de l’omniprésent Jean-Charles Capon… Ça devrait plaire à ceux qui aiment le duo Areski & Fontaine ou qui adorent, avec raison, le gigantesque et indépassable «Higelin & Areski» (1969)…

a0841753317_16

Terminons ce billet avec un auteur-compositeur-interprète québécois, Ian Fournier, qui sort ces jours-ci trois albums d’un seul coup! Nous avons aimé ses projets thématiques: son Nelligan (ma critique de l’époque), ses chansons qui racontent l’Histoire avec «Légendes du Val Saint-François» (avec de beaux tableaux de Laurent Frey dans l’épais livret) ou son adaptation chansonnière des lettres de Van Gogh à son frère («Mon cher Théo»; 2016).

Cette fois-ci, il propose de nouveau un disque instrumental joliment mené («Battements d’rêves»). Sur «Déprimates», il cède en général à une veine qui rappelle fâcheusement Bernard Adamus, mais revisite aussi un titre de Plume Latraverse/Gerry Boulet (Prends pas tout mon amour) d’une manière si personnelle qu’il est métamorphosé et constitue le meilleur moment du CD.

Mais le plus important est ailleurs. C’est avec la troisième parution que Fournier signe ce qu’il a probablement fait de mieux jusqu’ici: «Troba», un opus enregistré à Cuba qui métisse langueur, contemplation et quelques touches de flamenco. Il fallait oser.

S’il veut franchir un cap créatif supplémentaire, Fournier devrait cependant intégrer des refrains ainsi que des mélodies plus accrocheuses pour laisser le public respirer un peu. Qu’il ait envie, lui aussi, de s’approprier les chansons. Qu’elles se propagent ailleurs, grâce aux airs qu’on peut siffloter.

Le site de Jofroi, c’est par ici

Celui du Souffle continu, c’est

Pour découvrir Ian Fournier, suivez ici

Dans la tête de Pierre Lapointe

5 juin 2018

71i8sEYykRL._SY355_.jpg

L’automne dernier, Pierre Lapointe publiait «La science du cœur», un magnifique album aux arrangements orchestraux raffinés. Pour sa nouvelle tournée, il présente une singulière formule à trois têtes : piano, marimba et voix.

Passer une demi-heure au téléphone avec Pierre Lapointe, ça a son charme. Entre le badinage et les explications sérieuses, on a droit aussi à une balade dans l’histoire de l’art. Le chanteur parle de peintres, de cinéastes, de photographes. Loquace, il est également méticuleux, prenant la peine parfois d’épeler le nom des artistes qu’il cite! Il n’oublie pas les pays qu’il visite (le Japon, la France) ni ses amis chanteurs (Albin de la Simone ou Jeanne Cherhal avec qui il avait rendez-vous Place des Abbesses à Paris, comme dans sa chanson). Après le très chargé «Punkt» (2013), on le retrouve plus dénudé, avec des lignes claires et des confidences fébriles. Ne vous fiez pas à la pochette délibérément kitsch : «La science du cœur» est un des disques les plus envoûtants de son auteur, qui a justement le désir de «créer de la beauté», nous confie-t-il.

«Les chansons sont comme des vêtements. Il faut que ça t’aille», dit-il lorsqu’on lui parle des reprises des morceaux des autres qui égrènent son répertoire, de Brigitte Fontaine à Barbara, de Claude Léveillée à Léo Ferré. Lapointe aime la chanson française depuis toujours et il le clame fièrement. «Lorsqu’on me propose de participer à un projet hommage, il faut que je puisse y apporter quelque chose, que ça ait un rapport avec moi. Sinon, je refuse, car je ne suis pas à la remorque de ce genre d’événements-là. Mais par exemple, pour Les plaisirs démodés d’Aznavour ou Dans les yeux d’Émilie de Joe Dassin, c’étaient des chansons que j’aimais énormément.»

«La science du cœur» rappelle le travail orchestral effectué par Alexandre Désilets sur le somptueux «Windigo», paru en 2016. Du bout des lèvres, Lapointe admet la parenté : «Mouais… disons que les deux, nous avons une volonté de travailler avec une orchestration qui est peut-être un peu démodée. Il y a un certain retour à ce genre d’orchestrations-là, avec beaucoup de cordes. Ce qui est contradictoire car on n’a jamais eu si peu d’argent pour faire des disques! Mais j’y tiens car pour moi l’arrangement est un outil pour faire exploser une chanson dans une direction plutôt qu’une autre.»

Et pour cela, il lui faut le bon partenaire. Cette fois-ci, il est allé le chercher en France avec le compositeur, réalisateur et arrangeur David François Moreau qui a œuvré dans la chanson (auprès de son frère Patrick Bruel ou de Cali) ainsi que dans la musique de film et la danse contemporaine! «David, c’est une tête très brillante : classique, jazz, expérimentation… Il était venu me voir en spectacle piano/voix. Il a eu un gros coup de cœur et m’a écrit un long message, mais moi je suis toujours très méfiant quand on me dit qu’on aime mes affaires», raconte-il d’un rire nerveux. Je l’ai rencontré, puis je suis allé sur son site Internet et j’ai tout écouté ce qu’il a fait. Ça fait longtemps que je voulais faire un album qui ferait le pont entre la grande tradition de la chanson française et la musique contemporaine, mais je n’avais pas nécessairement ces connaissances-là. J’aime la collaboration parce que ça nous oblige à aller ailleurs.» Avec Moreau, Lapointe avait trouvé la personne idéale. «C’est devenu NOTRE album. On a mis six mois à faire les arrangements.» Et ils sont stupéfiants.

Francis Hébert

(pour L’Entracte de mai 2018)


%d blogueurs aiment cette page :