À l’ancienne

Graeme-Allwright-par-lui-meme

Ça fait quelques années que ce livre était dans l’air. À l’origine, il devait paraître en janvier… 2017. Ça laisse le temps de rêver à ce que pourrait être un bouquin sur Graeme Allwright écrit par la plume sérieuse et érudite de Jacques Vassal, un pilier de Rock & Folk des années 60-70 à qui l’on doit des ouvrages sur Brassens, Brel, Ferré, Leonard Cohen, Jacques Higelin, etc.

Voici que l’on reçoit enfin «Graeme Allwright par lui-même», un titre qui porte à confusion car il ne s’agit pas d’une autobiographie mais bien d’une biographie signée Vassal. On raconte la vie du chanteur, ses débuts dans le théâtre, les mille et un petits métiers exercés, les nombreux voyages, sa philosophie, sa spiritualité, ses engagements… Bref, on fait le tour du personnage Allwright. Vassal a recueilli les confidences des enfants de l’artiste, de ses amis, de ses musiciens, de sa première femme et de Graeme aussi, qu’il connaît depuis les années 60.

Ça donne des pages chaleureuses, honnêtes, sensibles. Un portrait plutôt complet de l’homme. Le hic? C’est qu’il s’agit d’un chanteur, et que cet aspect est traité de manière très accessoire. Lorsque des oeuvres sont citées, c’est comme prétexte à parler d’autres choses: ses idées, ses convictions, son comportement. On reste dans l’anecdote.

C’est une biographie à l’ancienne, pourrait-on dire. Dans les dernières années, les livres qui paraissent sur les chanteurs nous ont habitués à autre chose. Ceux-ci mettent l’oeuvre au centre de tout. On entre en studio avec eux, on discute des arrangements, du choix des chansons. Vassal ne fait qu’effleurer la discographie de Allwright alors que ça aurait dû être le coeur de son propos.

Les meilleurs disques de Allwright, non seulement n’ont jamais été réédités en cd, mais ils sont à peine cités par Vassal! On aurait voulu qu’il développe là-dessus, on aurait voulu en savoir plus sur «De passage» (1975), «Questions» (1978) et «Condamnés?» (1979).

Mais Vassal est de l’ancienne école du journalisme, celle où il était primordial que l’homme soit à la hauteur de l’artiste, qu’il soit «sincère». Son livre découpé en chapitres thématiques est une bonne introduction au chanteur. On prend plaisir à le lire, mais on en voudrait davantage.

Au Cherche-Midi éditeur, 298 pages, avec discographie et index mais sans photo.

Publicités

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :