Posts Tagged ‘Richard Galliano’

Trésors exhumés

9 septembre 2018

pierron 1-2

En 2016, l’étiquette française Frémeaux & associés avait publié une première et puissante anthologie de Gérard Pierron (ma critique ici). En voici la suite, «Trésors perdus», quatre cd pour couvrir la période 1981-2013. Les grandes chansons poétiques et sociales n’y manquent pas, chantées d’une voix sobre, belle, frémissante. Parmi les plus fortes, citons Scheveningue, morte saison; La rue des ciseaux dorés; Le marchand d’oranges… On regrettera que son troisième microsillon (1981) ne soit pas intégralement repris ici, mais il paraît que Pierron n’a jamais été satisfait du mixage original du vinyle, pourtant un de ses meilleurs albums en carrière. Pour nous consoler, d’autres extraits du même 33-tours avaient été réédités sur la première anthologie.

Sur la nouvelle, on trouve de généreux extraits du double album «Plein chant» et la totalité de «Carnet de bord». On peut y redécouvrir avec plaisir Le maître et la boule (tirée de «Chansons en charentaises»). Les choix y sont généralement judicieux, la pochette très belle (que l’on doit encore une fois à René-Claude Girault), le livret, riche en documents. On aurait juste aimé qu’il n’y ait pas de fautes dans les titres des morceaux, parfois écrits d’une manière (dans le livret) et parfois d’une autre (sur le verso du boîtier) – sans oublier l’emploi de majuscules fautif.

Sur le cd 2, on renoue avec une pièce maîtresse de la chanson poétique française, puisqu’on le réédite intégralement et dans le bon ordre: «La chanson d’escale» (1990), des textes du poète marin Louis Brauquier, mis en musique par Pierron, avec des arrangements et l’accordéon de Richard Galliano. C’est époustouflant. Une oeuvre à faire chavirer le coeur.

Dans le dernier numéro de la revue Hexagone, on apprend que Pierron travaille actuellement à son prochain disque qui devrait être un duo accordéon/voix. Une formule peu utilisée, mais qui a donné le chef-d’oeuvre de Leprest «Voce a mano» (qui fait partie de ma discothèque idéale). Tout permet de croire que Pierron saura se hisser à cette hauteur, lui qui nous bouleverse depuis des décennies.

Publicités

La discothèque idéale # 5

1 septembre 2011

Allain Leprest, Voce a mano (1992)

Le Français Allain Leprest est sans aucun doute le plus digne successeur de Jacques Brel. La même fougue, la même écriture inventive, qui tord parfois le cou à la syntaxe. Le même romantisme bouillant, la fièvre. Sur scène, comme le grand Jacques, c’est un monstre théâtral qui, en quelques gestes, vous dresse des tableaux fantastiques. On ne s’étonnera guère que Leprest soit aussi peintre.

Nougaro et Ferrat l’ont porté aux nues. Francesca Solleville, Enzo Enzo et Romain Didier, pour ne citer qu’eux, l’ont chanté.

Leprest, c’est un quart de siècle à arpenter les planches. Dans les années 80, deux disques ratés, surproduits.

Il a fallu attendre que Pierre Barouh (Saravah) offre à Leprest la chance de se rattraper : produire un album de rêve, qui rendrait hommage à l’instrument cher au parolier-interprète. L’accordéon. Tenu sur « Voce a mano » par le prodigieux Richard Galliano. À la violence des mots de Leprest, répondent les plaintes déchirées, accidentées de l’accordéon.

Dans les chansons de Leprest, on trouve la mythologie d’une certaine France populaire, avec ses bistrots, ses personnages colorés, ses bals, ses écrivains. Ce sont des paysages pluvieux, superbes (Le Cotentin). Une tendresse pour le genre humain, surtout ceux qui souffrent, les mal nantis.

Poète du quotidien? Sans doute. Leprest signe depuis toujours des chansons sociales, qui descendent dans la rue. Le sens de l’observation aiguisé.

Il faut saisir « Voce a mano » en plein vol, son plus bel album, son moment de grâce, avant que le génie ne s’effrite et, hélas, ne s’auto-parodie sur « Donne-moi de mes nouvelles ».

« Voce a mano », des embruns de mer fouettés de vagues d’accordéon.

Ça regorge de trésors.

(billet publié le 8 janvier 2007)


%d blogueurs aiment cette page :