Posts Tagged ‘Philémon Cimon’

Murmurer

3 novembre 2014

recto

Récemment, Vincent Delerm nous avait offert «Les amants parallèles» et Albin de la Simone, «Un homme». Pour son troisième album, Stéphanie Lapointe emprunte la couleur sépia de la pochette à son ami Albin et signe le splendide «Les amours parallèles».

Le dernier opus de la demoiselle Lapointe remontait déjà à 2009 et figurait parmi les meilleurs crus de l’année. Depuis, elle a fait l’actrice, un peu de ciné, de télé, participation à la comédie musicale «Les filles de Caleb», mais c’est en murmureuse de chansons qu’elle fait merveille. On parlerait d’enchantement si le mot n’était pas usé. Elle, a contrario, semble toute fraîche et épanouie.

Voici une interprète qui transcende tout ce qu’elle chante, mais de manière discrète. Aucun flafla dans sa démarche, tout est dans la retenue. Elle effleure les textes, vaporeuse, délicate, troublante. Une chanteuse de l’intime, pour oreilles attentives, un peu comme Élisa Point en France.

Contrairement au cd précédent, où elle signait presque toutes les paroles, Stéphanie Lapointe s’est mis à la bouche les chansons des autres. On retrouve une reprise de Gainsbourg (Un jour comme un autre), une autre de 2008 signée Jane Birkin (Pourquoi). Puis des auteurs-compositeurs plus jeunes : les talentueux Philippe B et Philémon Cimon (qui fait un duo avec elle), des saveurs à la mode (Jimmy Hunt, Stéphane Lafleur), une parenthèse anglo avec Leif Vollebekk, ainsi que, par deux fois, Kim Doré sur une musique de Forêt.

C’est justement à Forêt, combo québécois composé de Joseph Marchand et Émilie Laforest, que l’on doit la réalisation sobre et racée. Un disque comme une bulle hors du temps, jamais démodée.

Au bout du court voyage, on se rappelle que Stéphanie Lapointe sait nous emmener là où elle veut, mine de rien. Sensuel périple, même si on espère qu’elle se remette à l’écriture la prochaine fois.

Publicités

En attendant l’été

25 février 2014

philemon

Si vous en avez marre de passer sur ce blogue et de tomber toujours sur le même vieux billet de décembre, voici une solution au problème: abonnez-vous aux notifications de mises à jour, il suffit d’inscrire votre adresse courriel dans la case à droite de cet écran. Ainsi, chaque fois que je bloguerai, vous recevrez une notice dans votre boîte de réception.

Par contre, sachez que si vous cliquez sur «Répondre à» à partir de ces notices, ça ne marche pas, je ne reçois pas vos messages.

Parmi les nouveautés de 2014, certaines valent le détour. D’abord, pour ceux qui aiment la nouvelle pop à la française, il faut souligner le retour en forme du vétéran Dominique Dalcan et de Ludéal. J’ai pour ce dernier un faible particulier depuis son premier album, il vient de publier son troisième.

Sinon, vous avez peut-être lu tous les éloges pour le Québécois Philémon Cimon, c’est amplement mérité. Déjà, avec «Les sessions cubaines», enregistrées en quelques jours avec des musiciens de et à Cuba, l’auteur-compositeur-interprète signait un objet unique, rafraîchissant de fausse naïveté et de vraie mélancolie, des chansons en apesanteur, superbes. Son nouveau cd, «L’été», est moins original (ou moins exotique), mais c’est une belle offre pop québécoise de cet hiver. À souligner qu’il inclut un pdf à télécharger sur Internet, c’est un recueil de textes d’auteurs d’ici inspirés par les morceaux de l’album… Riche idée! Dans le lot, soulignons une émouvante Chanson pour Philémon (Avant de repartir au nord) signée Élise Turcotte, en parfaite osmose avec le chanteur, et qui commence ainsi:

«Au parce México je me suis assise
et j’ai planté mes poèmes
dans l’allée des chiens endormis
un désespoir est apparu entre deux arbres vieux
une sculpture de sons
des lierres vivants dans une forêt de nuages
un peu de mousse sur le toit de la mort»


%d blogueurs aiment cette page :