Promenade

68_g_509

Voici vingt ans que Mathieu Boogaerts se promène dans la chanson. Au début, il marchait à pas timides. Il s’affirma avec l’album «2000» qui posait un premier jalon important. Puis il y eut «Michel» qui reste peut-être ce qu’il a fait de mieux à ce jour. Ensuite, il bifurqua avec l’énervant «I Love You», une erreur de mauvais goût. Heureusement, dès le disque suivant, il revint au minimalisme, à la douceur, à l’art du pointillé que nous aimons tant chez lui.

C’est dans cette veine de la nonchalance, du calme, que l’auteur-compositeur-interprète signe aujourd’hui «Promeneur». Hormis la pochette cartonnée aux couleurs kitsch, il s’agit d’une réussite, parmi les meilleurs opus du chanteur. Guitares effleurées, un peu de piano, deux violons, le velouté de la voix, les textes contemplatifs et interrogatifs… La mélodie chaloupée. Et toujours cette manière Boogaerts, qui avance avec légèreté, comme en apesanteur.

Publicités

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :