Morganes de Renaud

1507-1.jpg

Pour tous les dingues de Renaud, les disques ne suffisent pas. Ils ont envie d’approfondir le sujet, que ce soit par voyeurisme ou pour mieux comprendre l’œuvre. Récemment, les voyeurs, les touristes, se sont précipités sur l’autobiographie signée Renaud Séchan, «Comme un enfant perdu». Hélas, ceux qui connaissent bien le chanteur ont dû se demander s’il en était vraiment l’auteur, tant le style et le ton ne lui ressemblent pas. Où sont passés l’humour, la légèreté, la souplesse? À la fin de l’ouvrage, discrètement, Renaud remercie le journaliste, auteur et biographe Lionel Duroy qui l’a «accompagné, pas à pas, dans l’écriture de ce livre.» Peut-être l’accompagnement a-t-il été poussé trop loin?

Pour retrouver le vrai Renaud, celui qu’on aime depuis qu’on s’est pris en pleine gueule Manu et Me jette pas vers 16 ans, on peut aller relire les singulières et inoubliables chroniques qu’il a écrites pour Charlie Hebdo. L’éditeur Hélium les réédite. On y retrouve intégralement et dans le même ordre les deux précédents recueils («Renaud bille en tête» et «Envoyé spécial chez moi») mais on a enlevé la préface de Philippe Val ainsi que les sous-titres amusants. Dommage. Par contre, on a ajouté une quinzaine de textes inédits en volume mais qui ne sont pas tous de la meilleure encre. On a ainsi loupé l’occasion parfaite de publier d’autres chroniques de Renaud, excellentes celles-là, mais qui ne figurent désormais que sur Internet après la parution dans Charlie. D’ailleurs, au moment de la parution de son nouveau disque au printemps 2016, le chanteur a recommencé à écrire pour l’hebdo satirique, sans oublier une rubrique dans le magazine féministe Causette. Aux dernières nouvelles, il venait de nouveau de lâcher sa pige à Charlie. L’irrésistible chroniqueur de presse est une part importante de l’œuvre de Renaud, et pourtant à notre connaissance aucun ouvrage ne s’y est penché. Comment a-t-il commencé à chroniquer? Dans quel contexte? Comment se passait sa relation avec Charlie, pendant et après sa collaboration? Quelle liberté y avait-il de contredire ses confrères? Quelle influence le chroniqueur québécois Pierre Foglia a-t-il eue sur lui? Voilà des questions qui pourraient être soulevées, avec des témoignages. Qui s’y collera?

Des livres sur Renaud, il en existe plein et on continue à assaillir le marché régulièrement. La plupart du temps, ils sont d’un intérêt très moyen. Passons. Citons plutôt ceux qui sont parmi les meilleurs : le classique d’entre tous, «Le roman de Renaud» (première version) écrit par son frère Thierry Séchan dans les années 80 dans lequel Renaud ajoute des notes manuscrites dans les marges du texte. C’est délicieux, irrésistible, hilarant. On a aussi une affection particulière pour l’essai littéraire «Tatatssin, parole de Renaud!» (2006) que l’on doit à l’auteur et blogueur Baptiste Vignol, mais qui se fait plutôt rare sur les tablettes (l’ouvrage, pas Baptiste).

Vignol avait déjà fait paraître récemment une excellente biographie de Guy Béart (notre critique). Cet automne, sous le titre «Renaud, chansons d’enfer», c’est un livre tout neuf, en grand format, richement illustré de reproduction du recto des pochettes de disques, de unes de magazines et de nombreuses photos (parfois rares ou inédites comme la belle mystérieuse prise au Centre culturel irlandais en 2009). La forme du «scrapbook» le rend attrayant pour les yeux, une véritable et délectable plongée visuelle dans l’univers du chanteur, même si parfois la lisibilité du texte en souffre. Elle en devient saccadée. N’aurait-il pas mieux valu regrouper les témoignages à la fin de chacun des chapitres?

Le cœur du livre, c’est Vignol qui raconte, avec la passion et l’élégance qu’on lui connaît, le parcours de Renaud, disque par disque, chanson par chanson, entre anecdotes et Histoire. L’œuvre est examinée, mais également les idées et les contradictions de l’homme, les combats politiques ou contre les médias, les volte-face, la construction réfléchie du personnage, jusque dans la dégaine et les photos promotionnelles… Le biographe a réalisé des entretiens inédits avec des collaborateurs de Renaud (musiciens/arrangeurs/producteurs/avocat), il reproduit de nombreux extraits de passages radio ou télé, des articles de presse. Un boulot colossal. Il décortique l’œuvre, la commente avec une bienvenue érudition, la remet dans son contexte historique. Il dégote même des chansons rares dans le répertoire de Renaud qui ne figurent même pas dans son recueil de textes ou dans son intégrale cd! Même ceux qui suivent le chanteur énervant depuis 25 ans y apprendront des choses ! Si le biographe décortique Renaud jusque dans ses apparitions dans des films, pourquoi ne pas avoir consacré un chapitre aux chroniques du chanteur?

On peut déplorer que le biographe reste, sauf à de très rares exceptions, dans la description plutôt que dans la critique. On se dit que quelqu’un qui maîtrise aussi bien son sujet aurait pu se «mouiller» un peu plus, au risque de déplaire au principal intéressé et à la cohorte des partisans à tout crin. On reste dans l’éloge. Les occasionnelles remarques négatives sont généralement faites par la bouche des journalistes qu’il cite… Bien sûr, on pourrait chipoter sur certains passages : le clip Morgane de toi qualifié de «majestueux», le slam «Pour Karim, pour Fabien» qu’il prétend «inusable» (en effet, il ne s’usera pas puisqu’on ne le réécoutera jamais)… Le nouvel opus, unanimement célébré? Disons plutôt : parfois tourné en dérision, rendant même les plus rénaldiens un peu honteux et peinés… Haussons les sourcils et passons.

Cet ouvrage minutieux est une épopée de haute tenue qui devrait esbaudir même les plus morganes d’entre nous, qui en apprendront encore un peu plus sur Renaud. Merci qui? Merci, Maudit Français cher confrère. Et comme Vignol publie au rythme d’un insomniaque qui s’amuse, on ne peut que conclure : à suivre.

Francis Hébert

P.-S. Baptiste Vignol réagit et y va d’une précision dans les commentaires ci-dessous.

renaud_bouquins.jpg

Un modeste échantillon…

Publicités

Étiquettes : , , ,

11 Réponses to “Morganes de Renaud”

  1. Greg Goodyer & Baptiste Vignol Says:

    Merci Francis, ton papier me touche. Juste une chose, en fin de critique, ça n’est pas en parlant du slam que j’emploie le terme « inusable », mais du verlan!!!!

    Merci encore

  2. francishebert Says:

    Je viens de relire ce passage, et il prête vraiment à confusion. On dirait que tu parles du slam…

  3. Greg Goodyer & Baptiste Vignol Says:

    Après vérification, effectivement, c’est pas clair. Je modifierai à la réimpression.

    Le 23 oct. 2016 à 16:30, baptiste a écrit :

    Merci Francis, ton papier me touche. Juste une chose, en fin de critique, ça n’est pas en parlant du slam que j’emploie le terme « inusable », mais du verlan!!!!

    Merci encore

  4. MBÉ Says:

    Bonjour !

    Vous dites « Quelle influence le chroniqueur québécois Pierre Foglia a-t-il eue sur lui? »…

    Vous pouvez élaborer un peu ? Je suis curieux de comprendre.

    Merci d’avance.

    luc

  5. francishebert Says:

    Dans les années 90, Renaud était abonné aux chroniques de Pierre Foglia, qu’on lui envoyait en France chez lui. Dans sa chronique «Un Mac et une femme», Renaud cite même Foglia sans le nommer. Le ton de leurs chroniques, leur style sont parfois assez similaires. Ce n’est pas un hasard si Foglia a écrit le plus grand bien du recueil «Renaud bille en tête» lors de sa parution au Québec.

    Pour la petite histoire, l’écrivain et linguiste français Claude Duneton a déjà dit que Pierre Foglia était selon lui le meilleur chroniqueur de presse francophone actuel. Le même Duneton qui signait une préface très élogieuse dans un recueil de… Renaud.

    Tout se rejoint.

    • MBÉ Says:

      Merci pour avoir préciser votre pensée!

      « Donc vous aimez les chroniques? Ah non, vous n’aimez pas? Vous vous êtes égaré dans celle- ci alors? Vous cherchiez les cours de la bourse et… Arrêtez donc de faire le con. Puisque vous aimez les chroniques un peu débiles, vous devriez essayer celles que le chanteur Renaud à écrites dans Charlie-Hebdo. Elles sont réunies dans un recueil publié chez Point Virgule, Renaud bille en tête
      C’est mieux que du Desproges.
      On devrait les faire lire dans les écoles pour montrer aux enfants comment écrire sans se faire chier. » PF 1995.01.30

      Vous recevrez une copie numérique du livre que je termine sur Foglia !

  6. MBÉ Says:

    J’ai retrouvé la phrase de R. :

    « Un homologue à moi, chroniqueur québécois, écrivait récemment dans la Presse de Montréal que ce genre d’argument de vente amenait parfois le client à ‘imaginer que l’ordinateur allait lire, étudier, voire écrire ces cent livres à sa place. »

    Amusant.
    PF a effectivement écrit sur son « magazinage » d’ordi en 1993 :

    « L’intuition
    °J’ai finalement acheté un ordinateur. Vous vous rappelez combien j’hésitais. J’avais une seule certitude: pas de Macintosh, cette merde prétentieuse.
    Mais bien entendu j’ai acheté un Macintosh!
    Vous vous rappelez, je disais: quand j’aurai un ordinateur ce sera pour écrire, point final. Je ne serais pas comme ceux-là qui clic-cliquent toutes sortes de trucs, tètent l’octet, brettent la disquette et focaillent le chien. »

    PF 1993.02.27

  7. francishebert Says:

    Ah bon? Pouvez-vous m’en dire plus sur ce livre? Va-t-il paraître en format papier? J’ai lu à sa sortie «Foglia, l’insolent».

  8. francishebert Says:

    Oui, pas mal, mais l’approche thématique rend la lecture un peu redondante. Dans le livre de Josée Boilseau, «Lettres à une jeune journaliste», elle parle de Foglia à différentes reprises mais surtout à la page 134. Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :