Dans les tiroirs de Brassens

brassens

D’abord, la surprise, mêlée d’excitation : quoi ? il existe encore des textes inédits de Brassens, qui n’ont pas été publiés dans l’énorme volume des «Oeuvres complètes» chez Le Cherche midi ? Il semblerait que oui, puisque ce même éditeur fait paraître aujourd’hui «Journal et autres carnets inédits». Là, c’est carrément l’extase, pour les amateurs du chanteur et ceux qui apprécient les genres littéraires intimes comme les lettres, les journaux… Et si vous alliez ces deux passions – Brassens ET les journaux littéraires – là vous risquez de vous ruer sur cet ouvrage…

Mais ce serait une erreur. Car vient la déception. Contrairement à ce que le laisse entendre le titre du livre, on nous donne principalement à lire non pas un écrit intimiste, mais des brouillons de chansons. Beaucoup, beaucoup de vers, dont certains se retrouveront tels quels ou un peu modifiés sur ses disques. Environ 300 pages d’ébauches. Une affaire en or, certes, mais pour les spéléologues brassensiens seulement. Et pour ceux qui aiment lire des vers écrits pour être chantés…

Trop peu de vraies proses suivies dans ce bouquin qui couvre la période 1946-1981, en différents cahiers. Et là où on attendrait une réflexion, des confessions, une vie intellectuelle et introspective de l’homme Brassens, on a principalement droit à des maximes, des sentences, des aphorismes. Un laboratoire essentiellement littéraire, sauf exceptions – par exemple, quelques lignes consacrées à la mort de Jeanne nous font regretter qu’il n’y ait pas davantage de cette inspiration-là dans ces pages.

Si les jeux de mots, les traits d’esprit vous amusent, ne boudez pas votre plaisir. Mais si vous cherchiez davantage à connaître un Brassens quotidien, qui raconte ses doutes, ses apprentissages (lectures, chansons, musiques, etc.), ses débats d’idées, vous le rencontrerez plutôt dans sa correspondance et ses préfaces, que l’on retrouve dans le précédemment cité «Oeuvres complètes», paru en 2007.

Publicités

Étiquettes :

2 Réponses to “Dans les tiroirs de Brassens”

  1. leblogdudoigtdansloeil Says:

    C’est un complément aux ouvrages parus, avec des détails du quotidien d’un artiste, il est évident qu’en ayant ce livre en main, on voit bien que ce n’est pas l’encyclopédie de l’oeuvre de Brassens…
    Pour ma part, ayant déjà un bon rayon de Brassens, c’est un livre qui apporte un plus.

  2. francishebert Says:

    Il n’y a rien là-dedans qui traite du quotidien de manière significative, pour éclairer l’oeuvre… C’est comme une liste de courses à faire. Moi aussi j’ai tout un rayon consacré à Brassens, avec les coffrets, les livres, etc. Ce «Journal» qui n’en est pas un fait partie des publications de second ordre, à mon avis. Brassens est un de mes chanteurs préférés, j’ai beaucoup lu sur lui, de lui, et cette fois c’est une déception, avec une inspiration souvent très potache en plus…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :