Chants de l’Amérique francophone

recto_belliard

Avec le tome 3 de ses «Légendes d’un peuple», Alexandre Belliard continue son œuvre de salubrité publique. Au lieu de gratter ses propres plaies, de nous parler des détails du quotidien, l’auteur-compositeur-interprète québécois a choisi un angle plus vaste, dressant un panorama des francophones d’Amérique.

Engagé, certes, mais à raconter notre Histoire, notre pays. À réveiller nos désirs d’indépendance. Il y a de quoi faire ricaner certains plumitifs chers collègues, qui n’ont sans doute que faire de la langue française, ni du pays à bâtir.

Belliard le fait avec conviction, avec modestie. À l’instar d’un Gilles Vigneault ou Félix Leclerc, il s’approprie notre territoire. Il reprend le flambeau pour chanter notre Histoire, avec ses traités, ses personnages importants. Sur ce troisième volume, il rend un bel hommage, émouvant, à Paul Rose dans La maison du pêcheur.

Il est à contretemps, à rebours d’une époque qui célèbre l’insignifiance, les babillages. Ça lui ouvre les portes des écoles, des routes d’Amérique pour présenter des chansons, des idées, qu’il est le seul à défendre de cette manière, à la fois fervente et humble. Seule Les lèvres ouvertes est un peu trop scolaire pour qu’on l’aime vraiment.

Mais au-delà de cette grandeur, Belliard réussit le pari de ne pas faire que de la pédagogie, mais un plaisir ludique. Ses guitares, sa voix, donnent à entendre de bonnes chansons, point final. Coup de chapeau au guitariste Hugo Perreault pour sa belle réalisation et ses arrangements efficaces.

Cette fois-ci, Belliard est épaulé par la voix de Chloé Sainte-Marie sur un titre, par la plume du poète/politicien Gérald Godin, d’Anne Hébert, Jean-Paul Daoust, en plus de la sienne évidemment. Il reprend le morceau qu’il avait écrit en hommage à Denis Vanier, La star du rodéo.

Au moins cinq tomes de Légendes sont prévus. Et il espère aussi sortir un opus de reprises de Renaud – on attend ça avec impatience. Longue route à Alexandre Belliard.

N.B. Le CD est également disponible en format livre/disque avec des textes de présentation de l’historien Gilles Laporte, mais attention cette version ne contient pas la liste claire des titres et des musiciens de la galette, glissée dans la couverture. Une lacune importante à réparer pour la prochaine fois. Parce que le disque, c’est le cœur de l’ouvrage, pas un simple accompagnement. Des infos qui se retrouveront, on l’espère, sur le site du chanteur.

—–

Alexandre Belliard, Légendes d’un peuple – tome 3 (Les Disques Gavroche)

Publicités

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :