Ces chansons lentes

lasry2013

En écoutant le nouvel opus de Léonard Lasry, Me porter chance, on pense pas mal à William Sheller, à ce qu’il a fait de meilleur (Sheller en solitaire; Olympiade). Et c’est d’une beauté qui apaise, qui fait sourire mélancoliquement. Du piano-voix, avec une touche de sensuelle trompette ou de bugle, tout en douceur. On songe à des mots shelleriens – comme on dirait wagneriens – pour suggérer l’ambiance: «Le feu dans les doigts/Je jouerai tout bas/Cette chanson lente que tu aimes»…

On ne peut mieux résumer Me porter chance: la ferveur du feu, la pudeur des émotions, la lenteur… Lasry prend son temps, installe un climat poétique poignant. Il n’y a qu’à voir le chemin parcouru. Sur son disque de 2010, on trouvait la chanson Nos jours légers, mais interprétée de manière superficielle, pop dans son sens péjoratif. Elle est ici réenregistrée plus posément, plus lentement, et elle en devient émouvante.

Les chansons lentes de Léonard Lasry, dans cette formule dépouillée, s’incrustent en nous, on les aime d’emblée. Et l’envie de les réécouter, de les fredonner n’est jamais loin.

On avait découvert cet auteur-compositeur-interprète français en 2012 alors qu’il lançait un disque en duo avec la délicieuse Élisa Point, dans un répertoire à elle. Puis on avait remonté à la source avec les deux premiers Lasry, un peu fades, manquants de maturité, dont nous n’avons retenu que trois titres (Les petites turbulences; L’objet du litige; Tout se dégrade).

Avec Me porter chance, l’artiste est à point. Prêt à être réécouté. Il signe seul près de la moitié du disque, aidé sur les autres morceaux par Paul-Armand-Delille et Philippe Shaft. Quelques bémols cependant: l’absence de livret et deux versions de La vie est dure pour les étoiles (il aurait fallu choisir entre celle en solo ou celle en duo avec Jean-Claude Dreyfus).

L’instrumental Igloo est aussi de haute volée.

Franchement, pour nous faire aimer à ce point du piano-voix, il faut que les chansons et l’interprétation soient remarquables. Elles le sont, ces admirables chansons lentes.

////

Léonard Lasry, Me porter chance (29 Music)

On peut en entendre des extraits sur son site.

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :