Attention, fragile

amelie

Laissons refroidir encore un peu les nouvelles galettes de Murat, Higelin, Bruni et Méliès qui nous arrivent en bloc pour prendre le temps de saluer Amélie-les-crayons dont la dernière parution est un plaisir gourmet, avec des chansons fines, fragiles et poétiques. Sur le fil de la sensibilité. Une chanson française teintée de piano et de rythmes légèrement arabisants, cette petite voix douce qui rappelle nos chères Émilie Simon et Stéphanie Lapointe.

«Jusqu’à la mer» est le troisième opus original d’Amélie-les-crayons depuis 2002. Pour être franc, c’est le premier qu’on remarque, pris dans les avalanches de disques francophones qui s’empilent partout dans les locaux des journaux et les appartements de journalistes. À peine se souvient-on d’avoir aimé sa reprise de Arrose les fleurs sur un album  hommage à Leprest. Pourtant, elle était meilleure que l’originale.

Et puis un jour, on reçoit ce cd par la poste. La beauté de l’objet (une boîte en carton, avec des cartes postales dessinées à l’intérieur). Fraîcheur. Amélie-les-crayons, comme une petite sœur de Clarika. Interprètes parfois sautillantes, souvent émouvantes.

Une fragilité qui nous donnera envie de revenir vers ces chansons aux airs d’Amélie Poulain, au charme désuet et subtil.

/////

Amélie-les-crayons, Jusqu’à la mer (L’Autre Distribution)

Publicités

Étiquettes :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :