La discothèque idéale # 15

Anne Sylvestre, Au théâtre de la Potinière (1995)

Il existe des chansons qui vous clouent sur place. Sidéré par leur perfection, l’alliage éblouissant entre paroles, musique, voix et interprétation. On les adopte illico, pour toujours.

Un peu à la manière de Jacques Brel, la grande Anne Sylvestre a pris encore plus d’ampleur lorsqu’elle a cessé de jouer de la guitare sur scène, comme libérée. Pour ce récital piano/voix au théâtre de la Potinière, elle laisse l’excellent Philippe Davenot s’occuper de l’instrument.

En 1995, Sylvestre a plus de trois décennies de métier, qu’elle résume ici adéquatement. Des chansons parmi les plus belles de son répertoire (La femme du vent; Carcasse; Écrire pour ne pas mourir) ou de toute la francophonie (Les gens qui doutent; Il s’appelait Richard; Si mon âme en partant; Lazare et Cécile). Des chansons vraiment hilarantes et pleines de finesse (La centième nuit; Ça va m’faire drôle; Les Impedimenta).

La Française reprend aussi Félix Leclerc (Présence), Roger Riffard (La margelle) et Brassens (Les passantes).

De l’humour à la tendresse, de la critique sociale aux larmes, Anne Sylvestre obtient avec ce double cd en spectacle une note parfaite. Elle n’a jamais et ne pourra jamais faire mieux.

(billet publié le 17 avril 2008)

Publicités

Étiquettes :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :