Mûre Denamur

Claire Denamur fait paraître ces jours-ci un deuxième album. Oubliez le premier, fade bouillon à mi-chemin entre Carla Bruni ou Rose.

Cette fois-ci, c’est plus sérieux. Comme Alain Bashung ou Daniel Darc et de nombreux autres, Denamur est une Française qui fantasme sur l’Amérique, mais pas n’importe laquelle: celle d’Elvis Presley, de Johnny Cash, de la poussière, des routes, des immenses paysages.

Côté apparence, avec son pantalon de cuir et ses cheveux léchés, la chanteuse semble tout droit sortie de la série lesbos The L Word. On préférera écouter ses chansons.

Pour Vagabonde, l’artiste explore le folk-rock, comme Bashung période Osez Joséphine.

L’opus a été partiellement enregistré à Montréal, sous la houlette du prestigieux tandem Jean Massicotte/Denis Wolff.

Et son excellent confrère Da Silva signe quelques chansons, en plus de chanter avec elle sur Rien à me foutre en l’air.

Vagabonde, c’est un beau voyage au pays des guitares, de l’americana. Des chansons échevelées qui marquent une nette distance avec le propret premier disque. En deux ans seulement, on peut savourer la différence.

Voilà un CD qui pourrait plaire à ceux qui aiment le Dick Rivers des deux derniers albums.

Ça donne salement envie d’y revenir.

Publicités

Étiquettes : , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :