Fabriquer des chansons

Georges Moustaki ne chante plus sur scène, il a arrêté. On l’avait constaté récemment à Montréal, il n’en était plus capable. Son corps ne le tenait plus.

Mais il écrit toujours. Il vient de faire paraître un ouvrage délicieux pour quiconque s’intéresse à la chanson et à ses atours: La sagesse du faiseur de chanson.

Un tout petit essai, écrit simplement, à lire lentement. Il y parle de son métier, de son art, de ses guitares, mais aussi de ses collègues avec tendresse, passion, admiration. Un bouquin doux, amoureux.

Avec l’ouvrage de Xavier Plumas (Gilbert ou la musique), c’est un des meilleurs livres sur la chanson comme forme d’art.

Moustaki met ceci en exergue:

«Pourquoi les mots que la musique accompagne se gravent-ils plus profondément dans la mémoire que les mots nus, les mots seuls?

Les notes ont-elles des crochets qui se cramponnent aux régions de la tête où s’entreposent les souvenirs?» (Érik Orsenna)

Moustaki est toujours vivant, ses chansons métissées courent encore sur nos lèvres et dans nos mémoires.

Publicités

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :